webzine indierockopera

INDIEROCKOPERA...le petit webzine des musiques indie, pop, rock, éléctro, à découvrir d'urgence
le jeudi de 18h30 à 19h30 sur les ondes de Campus Grenoble 90.8 FM!!!

ALBUM DU MOIS

JOHN AND JEHN  
John and Jehn  

JOHN AND JEHN
Musiques indie pop rock...indierockopera

Ecoutez la playliste tout en naviguant...

pochette album

ANGUS ET JULIA STONES
Down the way
note

pochette album

SEBASTIEN SCHULLER
Evenfall (2009)
note

pochette album

CHINESE MAN RECORDS
The groove sessions 2
note

pochette album

THE SHAKY HANDS
Lunglight (2008)
note

pochette album

MEGAPUSS
Surfing (2008)
note

La démarche est gratuite et passionnée; si vous êtes propriétaire d'une musique et que l'approche ne vous plait pas, envoyez un mail via l'onglet contact et le lien sera supprimé.
Wildbirds and Peacedrums+Helluvah:à Grenoble au Ciel

Copyright Indierockopera 2007, tous droits réservés  #Contact#

Le festival des "femmes s'en mêlent" : 1er opus (Siskin + Phoebe Killdeer le 16 avril 2008)
rédigé le 20/04/2008




Le mercredi 16 Avril au Ciel se deroulait l'ouverture à Grenoble de ce festival 100% féminin avec une programmation sur 4 dates, soit 8 artistes triées sur le volet dont mon coup de coeur Phoebe Killdeer qui allait ce soir là concretiser toutes mes attentes et plus encore...


En premiere partie se tenait la pop lumineuse de Siskin, duo pop folk sensuel et charmeur; une jolie découverte orchéstrée par un piano maîtrisé, et deux voix prometteuses.

Un bon moment mais pour ma part seulement trois chansons se détacheront dont la tubesque "traffic in my mind"...
Quoiqu'il en soit leur physique et leur sensualité n'auront pas laissé les hommes de marbre.



Arrive enfin "Phoebe Killdeer and the shorts straws", composé de troi musiciens filiformes (peut-être un lien avec "straws" qui signifie "paille" ?)et de la démente, extravagante chanteuse habitée par son rôle maîtrisé de paranoïaque...

Dès les premières notes, le ton est donné et le concert ira bien au-delà de mes espérances. Tout le public sera conquis par cette énergie débordante, cette originalité scénique exceptionnelle et la voix de cette jeune australienne qui peut se permettre de flirter sur tous les registres, du blues au rock sauvage en passant par des rythmes jazz...

Dès lors la magie s'opère et le groupe nous transporte instantanément dans leur univers bigarré, magnétique et fascinant .

Si l'album était en soit un chef d'oeuvre dans son intégralité...le concert n'en est que plus spectaculaire et prodigieux.

Une de ces raretés scénique où le concert redevient signifiant et non une copie bas de gamme d'un album arrangé.

Il faut dire que la salle du Ciel se prête honorablement à ce jeu de complicité entre artistes et spectateurs avec ces quelques 150 places assises et cet espace confiné, il ne peut y avoir plus intimiste...

I have a dream one day...ça y est, il est réalisé.



Petite vidéo prise à la Flèche d'Or...